Modèle de lettre :Recours pour excès de pouvoir suite à un refus de droit d'asile

Rédigé par des auteurs spécialisés Ooreka  À jour en octobre 2020

Téléchargez gratuitement ce courrier type à compléter :

Format Word .doc
Exemple à compléter
Notice d'utilisation
MAJ en
octobre 2020

GRATUIT

Sommaire

À quoi sert ce modèle de courrier ?

En France, le droit d'asile peut être accordé à tout étranger qui se trouve dans l'une des situations visées par le Code de l'entrée et du séjour des étrangers et du droit d'asile.

Les dispositions de ce code s'appliquent :

  • aux personnes persécutées à cause de leur action en faveur de la liberté, ce qui leur permet d'obtenir le statut de réfugié prévu par l'article L711-1 du Code de l'entrée et du séjour des étrangers et du droit d'asile,
  • aux personnes visées par l'article L712-2 du Code de l'entrée et du séjour des étrangers et du droit d'asile. En effet, ce texte accorde une protection subsidiaire aux étrangers qui doivent quitter leur pays, car ils sont menacés :
    • de peine de mort ;
    • de torture ;
    • de traitements dégradants ou inhumains ;
    • par un conflit armé ou par un climat de violence généralisée qui, s'ils ont un statut civil, leur fait craindre d'être tués ou gravement blessés.

Cependant, la protection subsidiaire sera refusée à quelqu'un ayant commis un crime grave ou s'étant livrés à des actes contraires aux principes ou aux objectifs de l'ONU. Il en est de même si la présence de la personne en France menace gravement l'ordre public ; la sûreté de l'État ou la sécurité d'autrui ou si elle a été condamnée en France pour acte de terrorisme, crime ou pour un autre délit puni de 10 ans d'emprisonnement, et que sa présence constitue une menace grave pour la société.

Tout étranger qui répond aux conditions exigées pour obtenir le statut de réfugié ou la protection subsidiaire peut demander le droit d'asile. Celui-ci est accordé par l'Office français de protection des réfugiés et apatrides (OFPRA) après examen du dossier.

Cependant, si l'OFPRA refuse de vous accorder le statut de réfugié, vous pouvez engager un recours devant la Cour nationale du droit d'asile qui est une juridiction administrative.

Notice : Recours pour excès de pouvoir suite à un refus de droit d'asile

  • En vertu de l'article L731-2 du Code de l'entrée et du séjour des étrangers et du droit d'asile, votre recours contre la décision de l'OFPRA doit être engagé devant la Cour nationale de droit d'asile au plus tard un mois après que ladite décision ait été portée à votre connaissance.
  • Votre requête doit être adressée au président de cette Cour et contenir les pièces suivantes :
    • la demande d'asile que vous avez formulée à l'OFPRA ;
    • la décision de refus que cet organisme vous a notifiée ;
    • l'ensemble des pièces qui démontrent les dangers auxquels vous êtes exposé dans votre pays d'origine : si vous avez subi des tortures ou des traitements cruels dans ce pays, joignez les certificats établis par les médecins qui ont constaté ces mauvais traitements.
  • Lors de l'audience, vous pourrez formuler vos remarques et vous faire assister par un avocat et par un interprète.

Modèle de lettre

-

[Nom et prénom]

[Adresse]

[Coordonnées de la Cour nationale du droit d'asile]

[Adresse]

[Date]

Recommandé avec AR

Objet : recours pour excès de pouvoir suite à un refus d'octroi du droit d'asile

[Madame la Présidente / Monsieur le Président],

J'ai l'honneur de vous informer que le [date à laquelle vous avez demandé le bénéfice du droit d'asile], j'ai demandé l'octroi du droit d'asile à l'OFPRA. Je précise qu'ayant demeuré [nom du pays que vous avez dû quitter en raison des risques auxquels vous étiez exposé], j'ai dû quitter ce pays en raison du fait que

Au choix selon le cas :

  • je risquais la peine de mort.

  • j'ai été torturé(e) comme l'attestent les certificats médicaux que je vous adresse ci-joint.

  • je risquais d'être torturé(e).

  • je risquais de subir des traitements cruels, inhumains et dégradants.

  • ma fille risquait de subir une excision.

  • l'une de mes filles a été excisée de force et mon autre fille risquait de subir le même traitement.

  • j'étais très inquiet(e) pour ma vie en raison de la violence qui règne dans ce pays.

  • j'étais très inquiet(e) pour ma vie en raison du conflit armé qui se déroule dans ce pays.

Malheureusement, l'OFPRA a refusé de m'accorder le statut.

En conséquence, je vous demande d'annuler cette décision qui ne me semble pas du tout fondée en raison des risques que court toute personne qui continue à vivre dans ce pays et qui sont notoirement connus.

Je vous adresse ci-joint les pièces suivantes :

  • la copie de ma demande de droit d'asile ;

  • la décision de refus que l'OFPRA m'a notifiée ;

Au choix selon le cas :

  • les pièces médicales attestant les tortures et les mauvais traitements que j'ai subis dans ce pays.

  • les pièces médicales attestant l'excision subie par ma fille.

  • les documents établissant les risques présentés par le climat qui y règne.

  • les lettres de menaces que m'ont adressées les autorités de ce pays.

Bien entendu, je me tiens à votre disposition pour répondre à toute convocation de votre part.

Dans cette attente, je vous prie d'agréer, [Madame la Présidente / Monsieur le Président], l'expression de mes sentiments respectueux.

[Signature]

Recours pour excès de pouvoir suite à un refus de droit d'asile en PDF

Pour transformer votre modèle de lettre « Recours pour excès de pouvoir suite à un refus de droit d'asile » en PDF, utilisez le logiciel de traitement de texte gratuit LibreOffice ou OpenOffice, qui permet de faire directement la conversion de word à PDF. Si vous utilisez une version récente de Word, vous pouvez aussi créer un PDF avec la fonction « enregistrer sous ».