Téléphone au volant

Rédigé par des auteurs spécialisés Ooreka  À jour en octobre 2019

Sommaire

Le téléphone au volant diminue la vigilance du conducteur, mais aussi son temps de réaction, ce qui peut provoquer des accidents. Téléphoner en conduisant est donc une infraction routière, qui est condamnée par une amende.

Amende et téléphone au volant : qu'est-ce que c'est ?

Le téléphone au volant est interdit au titre de l'article R. 412-6-1 du Code de la route. Cet article précise que : « L'usage d'un téléphone tenu en main par le conducteur d'un véhicule en circulation est interdit ».

Ainsi, ce n'est pas le fait de téléphoner au volant qui est interdit, mais de tenir l'appareil à la main. Cela signifie donc que l'on peut être passible d'une amende téléphone au volant, même si l'on n'était pas en communication.

Depuis le 1er juillet 2015, l'utilisation d'une oreillette est également interdite (c'est aussi le cas de tout dispositif susceptible d'émettre du son, à l'exception des appareils électroniques correcteurs de surdité).

Téléphone au volant : que risque-t-on ?

Téléphoner au volant constitue une contravention de 4e classe. À ce titre, le conducteur est passible d'une amende forfaitaire de 135 € (90 € si elle est minorée et 375 € si elle est majorée). Mais l'amende téléphone au volant est également accompagnée d'un retrait de 3 points du permis de conduire.

Si l'infraction de téléphone au volant a entraîné d'autres infractions (excès de vitesse, feu rouge, etc.), le conducteur devra payer l'amende relative à chacune des infractions et sera sanctionné par un retrait de maximum 8 points sur le permis de conduire.

Aussi dans la rubrique :

Contraventions

Sommaire