Arnaque à la webcam

Rédigé par des auteurs spécialisés Ooreka  À jour en octobre 2020

Sommaire

Avec l'ère d'Internet, de nouveaux types d'arnaques voient le jour.

C'est le cas de l'arnaque à la webcam, qui peut toucher n'importe qui et peut être traumatisante pour la personne qui en est victime. Explications dans cet article. 

Principe de l'arnaque à la webcam

L'arnaque à la webcam est une nouvelle manifestation d'escroquerie sur le web.

Il s'agit du procédé suivant lequel une personne fait la connaissance d'une autre sur un site Internet (réseau social, site de rencontres, etc) afin, par suite de mise en confiance, de lui extorquer des fonds par le chantage.

Après une période d'échanges, assez rapidement, l'interlocuteur se présente comme un proche et suggère la rencontre par webcam. C'est alors que l'escroc rassemble des images appartenant à la vie intime de la victime par l'intermédiaire de la webcam. Il pose également de nombreuses questions sur l'entourage, la famille, le travail de son interlocuteur.

Par la suite, l'imposteur se révèle et utilise les informations qu'il a recueillies pour faire du chantage à sa victime, lui réclamant le versement de sommes d'argent importantes, par Western Union le plus souvent.

L'escroc menace de mettre les images et informations en ligne sur un réseau ouvert ou de les adresser à des tiers connus de la victime, avec toutes les conséquences sociales que cela peut engendrer (mari ou femme trompée, employeur, etc).

Consulter la fiche pratique Ooreka

Arnaque à la webcam : précautions et recours

Précautions à prendre

Tout d'abord, il est fortement déconseillé d'engager une discussion par webcam avec une personne qu'on n'a jamais effectivement rencontrée.

Si, malheureusement, c'est trop tard et que l'escroc réclame des fonds, il convient de ne pas céder à son chantage. En effet, si vous commencez à payer, l'engrenage est enclenché et l'escroc réclamera toujours plus de fonds.

Dans une telle situation, autant ne plus répondre aux messages, couper tout lien avec l'arnaqueur et régler les paramètres de confidentialité des comptes sur les réseaux sociaux utilisés afin d'empêcher que celui-ci ne récupère images et contacts. Bien évidemment, il faut supprimer son contact avant toute chose.

Si malgré cela, l'escroc envoie le lien de la vidéo mise en ligne sur un site public, il convient de contacter l'hébergeur du site afin de réclamer le retrait de la vidéo. En cas d'attaque de grande envergure, il existe des sociétés spécialisées que l'on peut charger pour procéder à un nettoyage du net.

Enfin, dans tous les cas, il faut procéder à un signalement de l'escroquerie sur le site Internet officiel de la police nationale affecté à ce type d'arnaque.

Consulter la fiche pratique Ooreka

Recours judiciaires

En termes de recours judiciaires, les choses sont compliquées dans la mesure où très souvent, il est impossible de remonter à la source de ces escroqueries, qui sont généralement basées dans des pays étrangers.

Toutefois, il ne faut pas hésiter à signaler à l'auteur que ces faits sont répréhensibles. En effet, il est question d'un chantage, au sens de l'article 312-10 du Code pénal, qui définit cette notion comme :

« [le] fait d'obtenir, en menaçant de révéler ou d'imputer des faits de nature à porter atteinte à l'honneur ou à la considération (...) la remise de fonds, de valeurs ou d'un bien quelconque ».

Or, le chantage est puni de 5 ans d'emprisonnement et de 75 000 € d'amende.

Lire l'article Ooreka

Aussi dans la rubrique :

Délits

Sommaire