Vice-Bâtonnier

Rédigé par des auteurs spécialisés Ooreka  À jour en juillet 2019

Sommaire

La fonction de vice-bâtonnier a été créée par le décret n° 2009-1233 du 14 octobre 2009. Ce dernier est chargé de seconder le bâtonnier qui peut lui déléguer une partie de ses pouvoirs. Qu'en est-il de ce métier et quelles sont les compétences requises ?

Mandat du vice-bâtonnier : l'assistant du bâtonnier

Le vice-bâtonnier est élu parmi des candidats ayant le titre d'avocat. Il siège au Conseil de l'Ordre en qualité de membre de droit. Il assiste le bâtonnier, en même temps duquel il est élu, pendant toute la durée de son mandat. Son mandat se calque sur celui du bâtonnier, ainsi il dispose d'un mandat de 2 ans et il est rééligible à cette fonction après un délai de 2 ans.

Sa candidature peut être présentée par le candidat à l'élection de bâtonnier.

Bâtonnier

Article

Lire l'article Ooreka

Missions du vice-bâtonnier

Le bâtonnier peut déléguer au vice-bâtonnier une partie de ses pouvoirs. Cette délégation peut par ailleurs être totale en cas d'absence ou d'empêchement temporaire. Le vice-bâtonnier peut donc être chargé de diverses missions telles que :

  • représentation du barreau dans les actes de la vie civile ;
  • interlocuteur des pouvoirs publics, des institutions et du public ;
  • information des membres du barreau des nouveautés ;
  • conseil et arbitrage en cas de différends entre un avocat et son client, entre avocats ou entre un avocat et un magistrat ;
  • désignation des avocats commis d'office ;
  • recrutement et supervision des salariés de l'Ordre, etc.

Si le bâtonnier se trouve dans l'impossibilité définitive de terminer son mandat, le vice-bâtonnier a pour mission de terminer le mandat de celui-ci.

Compétences du vice-bâtonnier

Les missions déléguées au vice-bâtonnier peuvent être variées et sont plus ou moins importantes selon ses compétences. Un vice-bâtonnier doit donc être capable de se présenter en tant que véritable porte-parole des avocats et de s'exprimer sur divers sujets touchant la profession. Il doit également être force de conseil pour régler d'éventuels différends et amener les parties à une conciliation. Il doit savoir faire preuve d'autorité lorsque cela s'impose.

Par ailleurs, un vice-bâtonnier doit pouvoir assurer la gestion quotidienne de l'Ordre que ce soit pour des tâches administratives ou relationnelles.